L'antiterrorisme n’est en rien une exception : il est, au contraire, à l’image du fonctionnement ordinaire de l’État répressif.