L’assemblée nationale qui, depuis Sieyès, fait office de peuple à la place du peuple, n’est qu’une caricature de celui-ci, mais elle est en revanche l’image fidèle de l’intérêt des puissants.