Le blog de Léon de Mattis, l'auteur de "Mort à la démocratie"

 

Tais-toi et vote :: Le discours d'investiture de Nicolas Sarkozy

billet précédent :: billet suivant

Le travail, c'est la liberté


« Le travail c’est la liberté, c’est l’égalité des chances, c’est la promotion sociale. Le travail c’est le respect, c’est la dignité, c’est la citoyenneté réelle. Avec la crise de la valeur travail, c’est l’espérance qui disparaît. Comment espérer encore si le travail ne permet plus de se mettre à l’abri de la précarité, de s’en sortir, de progresser ? Le travailleur qui voit l’assisté s’en tirer mieux que lui pour boucler ses fins de mois sans rien faire ou le patron qui a conduit son entreprise au bord de la faillite partir avec un parachute en or finit par se dire qu’il n’a aucune raison de se donner autant de mal. Le travail est dévalorisé, la France qui travaille est démoralisée.

Le problème c’est que la France travaille moins quand les autres travaillent plus. Le plein emploi est possible chez les autres. Il l'est aussi chez nous. Il faut aimer le travail et pas le détester. Le problème c’est qu’il n’y a pas assez de travail en France pour financer les retraites, l’allongement de la durée de la vie, la dépendance, la protection sociale, pour faire fonctionner notre modèle d’intégration.

Longtemps la droite a ignoré le travailleur et la gauche qui jadis s’identifiait à lui a fini par le trahir. Je veux être le Président d’une France qui remettra le travailleur au cœur de la société. Je veux proposer aux Français une politique dont le but sera la revalorisation du travail. »

Discours d'investiture de M. Nicolas Sarkozy, le 14 janvier 2007



 
retour à l'accueil
Commentaires
1.   Léon de Mattis,  vendredi 19 janvier 2007 à 18:49

Contrairement à la "Lettre de Monsieur Sarkozy" ou à la "Lettre de Monsieur Hulot", le texte proposé ici n'est pas une caricature, mais un extrait tout à fait authentique du discours prononcé par Nicolas Sarkozy à la Porte de versailles le 14 janvier 2007.

Dans cette intervention, Sarkozy s'adresse à l'homme de gauche et cherche à réveiller le réac qui sommeille en lui.

Tout son discours est orienté vers cette idée: la droite, apres tout, n'a pas le monopole de la réaction. Il va donc s'appliquer à prendre tous les thèmes les plus conservateurs - le Travail, la République, l'effort, etc... - et à leur donner une coloration "de gauche" pour montrer qu'il est mieux à même que cette dinde de Ségolène d'incarner les valeurs réactionnaires de la gauche.

Sarkozy n'est pas dénué d'une certaine intelligence perverse. Il sait que les idées les plus regressives dominent désormais tout l'échiquier politique. Il sait aussi qu'il peut en capitaliser les bénéfices mieux qu'une gauche à la traine dans la surenchère sécuritaire et pro-capitaliste.

Ce développement sur "le travail" est tres révélateur de cette méthode: c'est pourquoi il méritait d'être reproduit entièrement sur ce site. Le style de Sarkozy a en effet une vertu. Il montre que ce qui s'appelle de nos jours "la gauche" n'est rien d'autre que du sous-Sarkozy.

La gauche ne peut plus être rien d'autre qu'une imitation palôte du sarkozysme, l'idéologie réelle de notre temps, celle qui veut nous remettre au travail pour le plus grand profit des exploiteurs.

 
2.   Dr Nassimov,  lundi 22 janvier 2007 à 13:08

"La gauche ne peut plus être rien d'autre qu'une imitation palôte du sarkozysme, l'idéologie réelle de notre temps, celle qui veut nous remettre au travail pour le plus grand profit des exploiteurs."

Qu'entends tu par "nous remettre au travail " ?
Le travail obligatoire , forcé, sous- payé ?

 
3.   poulpo,  vendredi 2 février 2007 à 18:48

Par définition historique, le travail est une activité forcée. Et c'est parce qu'on refuse aux gens la possibilité d'avoir des activités plaisantes rémunérées que les gens se sentent précaires. Donc c'est le travail qui crée la précarité et non le manque de travail. Parce que tous ces gens qui disent aimer le travail, et donc qui sont quand même assez masochistes, ne peuvent supporter l'idée que d'autres puissent préférer avoir des activités plaisantes et rémunérées, et cherchent donc à les déstabiliser par tous les moyens. Personnellement, je ne peux me passer d'avoir des activités, surtout rémunérées, mais je déteste mais alors vraiment j'exècre d'avoir à travailler de temps en temps pour les besoins idiots de la corporate. Le problème du travail c'est un peu comme pour la morale. Tous ces moralisateurs qui n'ont pas naturellement de valeurs fortes se sont toujours senti obligés d'imposer leur morale à tous ceux qui n'ont rien demandé et qui s'en passeraient bien merci beaucoup. Et tous ces gens qui veulent remettre la France au travail, c'est tous ceux qui n'arrivent pas à se trouver des activités par eux mêmes tellement il manque d'imagination ou d'intérêt pour autrui si ce n'est la corporate.

 
4.   pima,  dimanche 11 mars 2007 à 08:51

ouais moi aussi, "le travail c'est la liberté" m'a bien fait rire.

 
5.   bachib,  dimanche 18 mars 2007 à 11:30

En 1969,un livre d'emilie pouget explique comment les travailleurs on fait au 19ème pour lutter CONTRE leurs patrons et POUR leurs droits.
Ce livre s'appelle Le sabotage,aujourd'hui les gens qui le pratique sont appelés des casseurs.
Est-ce bien normal?

 
6.   de-valmort,  vendredi 13 avril 2007 à 12:36

Eh bien, je suis content d'enfin trouver un site et des gens qui ont relevé cette énormité !!! A croire que les gens n'ouvrent plus un livre d'Histoire !! Pas un journaliste qui a relevé !!! Incroyable !! Remarquez, si je compte bien, nous sommes 6 ici... Ca fait peur...

 
7.   la_fouine,  dimanche 15 avril 2007 à 21:16

Pff bah je suis désolée mais il a pas tort dans ce qu'il dit ! bin oui le travail c une certaine forme de liberté cite moi un pays au monde ou l'on peut réussir un minimum sans travailler ! mais a part ça l'extreme gauche ce ne sont pas des démago ! nonnn !! du tout ! le coup de l'assisté qui a + d'avantages que le mec qui va se lever tot pour aller bosser et gagner sa croute c vrai aussi!
et vive le raccourci sur les camps de concentration !!! comme si sarko était assez con pour faire passer un message subliminal la dessous ! pfff

 
8.   Jojo Lapin,  lundi 16 avril 2007 à 17:40

Mais oui il est gentil Nicolas, et on rigolera beaucoup quand il sera élu, au moins les feignants anti sarkozy comprendront les bienfaits de la société ultra libérale digne de 1984 (et oui) qu'il nous concoctera...
Comme s'il en était à son coup d'essai... Faut vraiment être AVEUGLE pour ne pas prendre ça au sérieux...

sauverlaterre.free.fr/pre...

Hop! Encore tous ses bienfaits... Youpi...

 
9.   ricci,  lundi 16 avril 2007 à 21:54

je desespérais également de trouver une réaction à cette reprise glaçante par M. Sarkozy du sinistre arbeit macht frei, qui ouvre par ailleurs son spot de campagne. Incroyable. Les gens ont-ils donc la mémoire si courte? Et Sarkozy, son équipe, sont ils de véritables pervers ou de simples ignorants pour oser reprendre et afficher un tel slogan? Par pitié réagissez, faîtes connaître cette infamie! La perspective d'une victoire de ces gens là aux élections me terrifie.

 
10.   Fred,  mardi 17 avril 2007 à 21:30

Moi aussi je n'en n'ai pas cru mes yeux... Je viens de vérifier son spot de campagne, c'est VRAIMENT écrit - c'est la première phrase, et les premiers mots...
Au secours, je vais GERBER !!!

 
11.   Jérôme,  mercredi 18 avril 2007 à 07:12

Bonjour tout le monde!
Moi aussi ça m'a beaucoup choqué ce slogan de Nicolas Sarkosy... Mais j'ai mis du temps à trouver quelles étaient ses sources d'inspiration. C'est en lisant Le livre de Primo Levi : "Se questo è un uomo" que j'ai compris.
J'ai 19 ans, et je l'ignorais jusqu'à présent. Peu de gens font le rapprochement en France, parce qu'on a décidé d'oublier le passé et en particulier l'époque du nazisme (devenue un tabou). Alors qu'ailleurs en Europe, le slogan est aussitôt identifier à la fameuse phrase "Arbeit Macht Frei". ça me fait peur...

 
12.   Lylandra,  samedi 21 avril 2007 à 14:40

En réponse à la_fouine (message du 15/04/2007) :
J'ai 40 ans, je bosse depuis 1989 (pas 1 mois de chomage) et ai été smicard jusqu'en 2003.
Des gens encore plus exploités, j'en ai vu. Objecteurs de consciences, Emplois jeunes, CES, CAE ... certains avec bac+3 ou bac+4, certains bien motivés, qui préfèrent à (je cite) "être sur un contrat de merdre plutôt que de tourner en rond chez moi.".

Puis il y-a les autres, les faux-chômeurs (ceux la ont tout compris du système) les fainéants qui vivotent du RMI et aides sociales (mais bon, ceux que je connais, ça casse pas des briques, je préfère être à ma place qu'à la leur) et les plus chanceux, élus ou rentiers, ou pdg incompétants qui, comme Messier pour n'en citer qu'un, peuvent gagner sans problème 1200 x smics (ils produisent donc autant que 1200 ouvriers ?!?).

Ben, sèrieux, dans les discours de Sarkozy, je vois surtout des solutions pour les plus nantis de gagner plus.
Explication ci après ...

 
13.   Lylandra,  samedi 21 avril 2007 à 14:49

(suite à la réponse faite à la_fouine) :

- Mise en place d'1 TVA sociale (augmenter la tva pour réduire les charges sociales) : qu'elle aberration. Les smicards seront taxés comme les milliardaires, au lieu d'être taxés en proportion de leurs revenus.

- Suppression des droits de succession pour 95% des Français. C'est effectivement une véritable aubaine pour les plus riches. Le manque à gagner, vous vous doutez sur qui ça va retomber, non?

- "Travailler plus pour gagner plus". L'UMP veut surtout un retour progressif à l'esclavagisme. C'est ce que je vois en tout cas dans le monde du travail.
Le patron peut t'imposer "gentiment" des heures sup. Au moment te les payer, il arrive qu'il y-ai une différence appréciable de l'estimation. Curieusement, le service chargé de les référencer tombera d'accord avec qui?
Puis, NS pense t-il permettre la création d'emplois, avec ce genre de slogan?

- "Remettre les fainéants au travail!". Ah! Il pense sans doute aux rentiers, là. Quoi! Non ?

 
14.   M,  mercredi 2 mai 2007 à 12:38

EFFECTIVEMENT COMMENT NE PAS RELEVER UNE TELLE ENORMITE "LA LIBERTE PAR LE TRAVAIL" DEVRAIT RAPPELER A TOUS ET A TOUTES QU IL Y A UNE IMPRESSION DE DEJA VU ET FRANCHEMENT LOIN D ETRE RELUISANTE.REVENONS QUELQUES ANNEES EN ARRIERE. SCANDALEUX DE POUVOIR SORTIR UNE REPLIQUE DE LA SORTE D AUTANT QUE CE N EST PAS LA PREMIERE QUI POURAIT PRESQUE RAPPELER UNE AUTRE PERSONNALITE DE L EPOQUE !!!!!!

 

L’enquête menée par IFOP pour le JDD et M6 sur les intentions de vote au deuxième tour donne gagnant Nicolas Sarkozy, avec 52,5% (-1,5%) contre 47,5 (+1,5) pour Ségolène Royal, avec 9% d’indécis.

Le résultat le plus surprenant de cette étude ne tient pas à ce chiffre, mais au détail de la répartition des votes par tranches d’âges.

En effet Ségolène Royal arrive en tête des intentions de votes dans toutes les classes d’âges situées en dessous de 65 ans.

Si le candidat de l’UMP parvient tout de même en tête c’est qu’il fait un tabac chez les retraités, avec un score atteignant 75% qui lui permet de combler son retard.
Ventilation par classe d’âge du vote Royal 18/24 ans 53% 25/34 ans 54% 35/49 ans 56% 50/64 ans 51% 65 ans et plus 25%

Voila donc une réalité sociologique inattendue.

C’est le vieillissement de la population qui tire le corps électoral français vers la droite.
Loin d’être le candidat du travail et des forces vives comme son discours volontariste semble l’affirmer, Nicolas Sarkozy serait en fait celui de l’inquiétude et des peurs ressenties par une population vieillissante, devant une modernité qui la bouscule et qu’elle refuse.

source : contreinfo.info
Lu sur : Bellaciao

www.e-torpedo.net/article...

Commentaires:

Ainsi, malgré 5 années de propagande Sarkoziste avec l'aide massive de la plupart des médias, Ségolène Royal serait majoritaire dans le pays dans toutes les catégories d'age de 18 à 64 ans!!!!!!!!

Ainsi, tous les efforts des militants, des sympathisants, la mobilisation d'une partie des abstentionnistes le 22 avril se heurte à cet implacable constat: Les trois quart des seniors de plus de 65 ans ruineront tout espoir de victoire!!!

Avec une préférence de 55 ou 60% pour Sarkozy, cette catégorie des "plus de 65 ans" n'aurait pas pu faire basculer l'élection. Mais avec 75%, chiffre considérable, c'est toutes les intentions de vote des moins de 65 ans en faveur de Ségolène Royal qui sont laminées.

Comment se fait il que personne n'en parle!!!

On peut comprendre l'UMP qui n'a aucun intérêt à ébruiter une telle étude!!! Minoritaire chez tous les moins de 65 ans!! Une information des plus désagréable! Un échec cuisant!

Il faudra sérieusement se pencher sur la question à court et moyen terme, afin de se rapprocher de cette tranche d'age pour expliquer, rassurer, rétablir certaines vérités.

A moins que tous les enfants et petits enfants favorables à Ségolène Royal n'appellent leurs parents ou grands parents avant dimanche 6 mai pour tenter de les raisonner, l'élection est perdue.

En attendant, une seule solution :

Une mobilisation sans précédent de la part des abstentionnistes, votes blancs et votes nuls qui devront faire un effort considérable pour simplement rééquilibrer les choses.

Faites circuler cette information autour de vous, et tentons tous de les convaincre autour de nous, autant que faire se peut, au nom de cette terrible et injuste pénalité infligée aux 18-64 ans opposés à Sarkozy.

elections2007.unblog.fr

 
retour à l'accueil
 
Ajouter un commentaire