Le blog de Léon de Mattis, l'auteur de "Mort à la démocratie"

 

Une lettre de Nicolas Sarkozy :: Le travail, c'est la liberté

billet précédent :: billet suivant

Tais-toi et vote

Le vote n’est pas une manière de s’exprimer. Le vote n’est pas une manière de donner son opinion. Le vote est, par excellence, le moyen de faire fermer sa gueule à ceux qui ont des choses à dire. C’est même l’argument le plus commun de ceux qui veulent que surtout rien de change. Cette loi a été votée. Ce gouvernement a été élu. Cette injustice est légale, légitime, votée, souveraine. Si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à voter contre. Aux prochaines élections. Dans deux ans, trois ans, cinq ans. En attendant, il est illégal et illégitime de s’opposer à l’expulsion d’un sans-papiers : la « majorité » est pour qu’il s’en aille. Il est illégal et illégitime d’occuper un logement vide : la « majorité » est pour le respect du droit de propriété. Il est illégal et illégitime de bloquer une usine, une fac, un moyen de transport : la « majorité » est pour le respect du droit à travailler.

Ainsi donc, on ne devrait pas faire la grève, on ne devrait pas crier devant l’injustice, on ne devrait pas se révolter parce qu’ainsi on s’opposerait à la volonté du peuple et à la souveraineté démocratique.






Il faut donc être clair : cette majorité qui se serait affirmée dans les élections n’a en réalité jamais eu droit à la parole. On ne lui a pas laissé le choix d’avoir le choix. Chaque citoyen isolé et coupé quotidiennement de tous les choix possibles sur la direction de sa vie s’est vu accorder un dimanche, tous les deux ou trois ans, la possibilité de sélectionner un bout de papier et de le glisser dans une enveloppe : et ce serait le résultat de ce non-événement qui devrait nous interdire dans l’intervalle entre deux élections, c’est-à-dire tout le temps ou presque, de se révolter contre l’injustice ?
 
retour à l'accueil
Commentaires
1.   malou,  jeudi 11 janvier 2007 à 17:38

Cette page me parais resumer en clair le grand paradoxe qu'il y a dans notre "société".
Ces problèmes me semble devoir être crié sur tous les toits et je ne comprends toujours pas pourquoi seulement un dixième des gens sont au courant et passent une grande partie de leurs temps à se cacher car ils sont considérés comme des personnes qu'ils ne faut pas laisser circuler librement. Ce qui est grave est que normalement,ce devrait etre la majorité du peuple qui ne soit pas d'accord,car ils ne le sont c'est sur,avec ce qui est fait, mais au lieu de ça on prefaire laisser courir,ou bien fermer les yeux, c'est plus facile.
Expliquez moi,je ne comprends vraiment pas

 
2.   Kamui,  vendredi 12 janvier 2007 à 13:32

"Ainsi donc, on ne devrait pas faire la grève, on ne devrait pas crier devant l’injustice, on ne devrait pas se révolter parce qu’ainsi on s’opposerait à la volonté du peuple et à la souveraineté démocratique."

Je savais pas que le droit de grève était interdit en France (même si je dois reconnaitre que ce qui nous gouverne font tout pour l'achever...), que la liberté d'expression l'était aussi... Quant à la révolte, il faudrait définir ce que l'on entend par là..?
y a un mélange des genres assez frappant dans ce texte... Je comprends bien certains argument, très clair à mon gout lorsque l'on parle des sans papiers, mais vivre en société c'est vivre avec les autres, et penser que l'avis d'un seul soit meilleur que l'avis de tous les autres me parait une idée dangereuse à véhiculer si elle se généralise...

 
3.   tikatipa,  samedi 13 janvier 2007 à 00:19

Et si nous allions nous révolter contre les élections en leur jour, ne serait-ce pas l'opportunité d'exprimer un besoin social autre ? Après, reste à définir les besoins autres et le mode de révolte...
Très intéressant ton site que je viens de découvrir suite à un mail d'altiplano.
Ce n'est qu'un début...

 
4.   mik,  mardi 16 janvier 2007 à 17:23

si, le vote est une manière de s'exprimer. le probleme, c'est que les gens se plaignent chacun de son coté. on est beaucoup a penser qu'il y a des injustices et des inegalites mais trop peu font quelque chose pour que les choses changes.

il faut pas seulement ecrire sur un blog que ca va pas, il faut se lever et se battre. peut etre que si tous ceux qui se plaignent se regroupé en un parti (par exemple), ton vote serait peut etre utile a ce moment la

 
5.   Léon de Mattis,  mercredi 17 janvier 2007 à 00:42

Qu'est-ce qui te permet de penser que je ne fais rien d'autre que d'écrire sur un blog?

 
6.   Ploufun,  jeudi 18 janvier 2007 à 22:29

Une chose à dire: la fin de ce système s'annonce déjà. On ne sait pas quand, peut-être dans longtemps, peut-être dans un avenir proche, mais en tout cas ça va péter!!

L'Histoire se répète. Normal: les mêmes causes produisent les mêmes effets! Tôt ou tard on est bon pour une insurrection populaire!

En attendant on va devoir subir la crise, jusqu'à ce que nous en ayons plus qu'assez et que nous nous soulevons, NOUS, LES VICTIMES DU REGIME MANIPULATEUR ET SOURNOISEMENT OPPRESSIF QUI SEVIT ACTUELLEMENT!! niaaAaAaAaaAaAAh!!!! }:D

 
7.   Dr Nassimov,  lundi 22 janvier 2007 à 13:05


Je dois avouer que meme si je comprends tes arguments, je n'y souscris pas, personne ne force les citoyens à voter pour des politiciens qui ne prouvent pas leur efficacité à diriger le pays.
En clair si les lois ne conviennent pas, ce n'est pas imputable au vote ( au système d'attribution du pouvoir) mais à l'inertie des votants, ou alors ( et c'est la que le bât blesse ) au fait que effectivement la majorité des personnes sont tout à fait satisfaites par la direction politique de notre état.

Ps: JE suis ravis de ne pas être le seul à ramer dans un océan d'indifférence politique

 
8.   Cobab,  lundi 22 janvier 2007 à 16:23

« personne ne force les citoyens à voter pour des politiciens qui ne prouvent pas leur efficacité à diriger le pays. »

C'est bien ça le problème : il s'agit toujours de diriger le pays, efficacement ou pas. Il s'agit bien toujours de se choisir des chefs (ou pire, des représentants).


Quant à l'« inertie des votants » (en se souvenant quand même que les votants ne font pas tous que voter) elle est justement due à la représentation : choisir quelqu'un pour le faire à notre place évite de se battre. Regarde le formidable gâchis d'énergie, de temps, de papier, d'espoir, qui est le seul résultat de l'activité purement électorale de la soi-disant alternative soi-disant unitaire soi-disant antilibérale !
 
9.   jumax452,  jeudi 25 janvier 2007 à 23:16

Le vote est un devoir pas un droit. Il y a tant de gens qui se sont battus pour qu'on ait la possibilité de voter, pour que nous puissions choisir notre représentant (il en faut bien un , faut pas éxagérer!!!), que rien que par respect, nous devrions tous voter. Meme si c'est pour voter blanc!Mais, au moins se déplacer.

C'est tellement simple de se plaindre, de vouloir un changement, de profiter de ce que l'Etat nous donne (Education, aide, etc....) sans en retour aller voter. Quelqu'un qui ne vote pas ne participe pas et je considere donc qu'il n'a , dans ce cas, pas le droit d'obtenir le droit à tout ce que permet l'état...soit pas le droit à l'éducation, pas le droit d'expression, il n'a pas le droit à la liberté...etc...

J'ai commencé à avoir ce sens civique vers mes 17ans, je n'ai pu voter que pour les dernieres régionales, et à cause d'un probleme grave de santé, je ne pourrais surement voter dans ma vie que pour 2007 et 2008. Et encore, si j'ai de la chance. Et bien, cela m'attriste...Attendre plusieurs années pour voter, car je trouve cela magnifique de choisir et de décider ce qui peut etre le mieux pour moi, ma famille, ma patrie et mon peuple, et finalement ne pas pouvoir profiter plus longtemps de cette chose là, cela me déplore.

Alors, je vous le demande, réfléchissez bien avant de ne pas aller voter, et je vous en prie, déplacez vous, meme si vous ne voyez aucun candidat interessant...votez blanc mais votez

 
10.   Anselme,  vendredi 26 janvier 2007 à 13:05

Jumax, il y a aussi des gens qui se sont battus, et jusqu'au dernier souffle encore, pour défendre la chancellerie du Reich dans Berlin assiégé: donc que des gens se soient "battus" pour le droit de vote ne me fait ni chaud ni froid.

Il y en a aussi beaucoup qui se sont battus pour ne plus etre exploités par les patrons, et qu'on a calmé en leur donnant l'illusion de peser sur leur avenir en les laissant mettre, tous les deux ou trois ans, un petit bout de papier dans une enveloppe. Tu parles d'un choix!

Ce n'est pas l'Etat qui "permet" la liberté. La libeté est quelque chose qui se conquiert et se défend, pas quelque chose qui est accordé par l'Etat. C'est quand on ne vote pas qu'on est libre: car voter, c'est accepter le système, et donc la hiérarchie, l'exploitation, la police, la répression...

L'Etat capte ce qu'il y a de commun entre nous, et fait comme si sans lui ce commun n'existait pas. C'est faux. Sans Etat il peut y avoir coopération, amitié, fraternité, etc... La devise de la République (L, E, F) est un mensonge. Ces mots là et bien d'autres ne pourraient exister véritablement que sans l'Etat.

Je ne sais pas quelle est ta maladie, mais si je puis former un voeu, c'est que tu vive assez longtemps pour voir ce monde changer, et surtout changer en mieux, car pour le moment il n'en prend pas toujours la voie.





 
11.   mopett,  mercredi 23 janvier 2008 à 23:05

Faut-il fermer la seule petite fenêtre que nous avons sur ce système politique qui nous dévore completement ? Surtout qu'il y a assez de petits candidats pour les faire trembler ! Le problème c'est que la seule fois ou ça s'est passé c'était en faveur de Le Pen. N'empêche... Fallait voir tous les médias agiter la peur du fachisme et nous dire pour qui on devait voter. D'ailleurs ils ont tellement eu les chocottes en 2007qu'ils ont fait passer le message de ne pas faire de vote défouloir et de voter directement sarko-ségo.On connait la suite... pourtant des petits candidats, il y en a. Citons au hazard:le facteur de Neuilly, le moustachu qui n'aime pas les big-mac, l'inlassable retraitée du Crédit Lyonnais etc. etc. etc... Et je suis assez d'accord pour dire qu'on doit supporter pendant 5 ans le guignol dangereux qu'on a élu à la condition, bien sur, que les résultats des élections ne soient pas truqués mais comment en etre tout-à-fait surs ? Si ça se trouve tout ça n'est qu'une gigantesque commédie dont les résultats sont connus d'avance. Va savoir!

 
12.   AD,  mardi 29 janvier 2008 à 11:10

Vox populi, vox Dei.
La gigantesque machination, le complot, c'est vraiment n'importe quoi. Les petits candidats sont des candidats comme les autres, Bové, Besancenot etc...des gens qui posent sur Paris- Match, qui vivent dans le monde de la politique et éventuellement serrent la pince à Pasqua( c'est le cas de Bové).
La Démocratie c'est la tyrannie du nombre(Tocqueville).
Il faut y croire, il faut les supporter, jusqu'à quand?NdD!
Salutations
A.D.

 
13.   Viny Eden,  mercredi 30 mars 2011 à 01:47

Tais-toi et vote
Le vote est, par excellence, le moyen de faire fermer sa gueule à ceux qui ont des choses à dire. C’est même l’argument le plus commun de ceux qui veulent que surtout rien de change. Cette loi a été votée. Ce gouvernement a été élu. Cette injustice est légale, légitime, votée, souveraine. En réalité, vous la majorité qui vous affirmez dans les élections n’a en réalité jamais eu droit à la parole.

Quand on ne nous offre que le choix de voter pour des partis politiques qui vont tous dans la mauvaise direction: vous appelez ça un choix vous? Et en plus, vous, les suiveux-conformés, vous osez nous taxer d'irresponsables et affirmant qu'on effectue pas notre devoir civil --- le ''devoir civil'' c'est aussi de ne pas contribuer à des mascarades qui jouent à la démocratie ....

Et puis sachez que les gens moins instruits, plus discret mais non moins nobles que vous et qui n'ont pas d'opinions précises sur tels ou tels sujets mais, qui au fond d'eux sentent bien que ce qui se passent dans nos sociétés vont à l'encontre de nos valeurs universelles et fondamentales: alors, au moins, comprenez pourquoi ces gens simples et intègres ne veulent même pas prendre la peine de se déplacer pour annuler leurs votes TELLEMENT ILS TROUVENT NOTRE SYSTÈME ACTUEL POURRI!


"Aux États-Unis, l'abstention est calculée par rapport à tous les électeurs potentiels et pas seulement par rapport aux inscrits sur les listes électorales, comme c'est le cas en France."
NE PAS S'EXPRIMER EST AUSSI UNE MANIÈRE DE S'EXPRIMER ET DEVRAIT ÊTRE COMPTABILISÉ


L'expression Discuter au lieu de voter est utilisée pour signifier qu'il est nettement préférable de discuter et d'aboutir à un accord plutôt que de voter. Le vote doit ainsi rester un processus décisionnel exceptionnel réservé à quelques domaines d'applications spécifiques. Le résultat d’un vote doit être considéré en tout cas comme temporaire.

Avoir l'option d'organiser un vote pour résoudre un conflit, au lieu de passer par le processus normal de discussion et de recherche du compromis, va à l'encontre non seulement des principes d'une Société démocratique mais est un DOLIVISME c'est-à-dire que les États élitistes-hiérarchistes (dictatures idéologiques des classes dominantes) viennent ainsi par le vote prendre notre consentement ---- on leur donne la permission de nous tromper et de tout faire sans nous, c'est un chèque en blanc -----,.....


Voter apporte la confusion.... Voter encourage les fausses dichotomies.... Ainsi, un vote encourage les votants à rester divisés en empêchant la mise en place d'un compromis et l'émergence de nouvelles propositions. Les votants n'interagissent pas, mais doivent choisir un camp sans pouvoir exprimer le pourquoi de leur choix.


Voter encourage un effet de groupe. Si le vote est très tranché, ou que le sujet est sensible, les gagnants seront tentés de se comporter comme s'ils avaient reçu un mandat de la communauté, ce qui n'est pas le cas.


Voter incite à s'exprimer même lorsque l'on n'a rien à dire. Malheureusement, le vote simple incite à émettre une opinion sur un sujet même lorsque l'on a pas étudié sérieusement la question posée. Ceci est notamment une conséquence de l'effet simplificateur du vote (voir la section sur les fausses dichotomies) et de l'effet de groupe (sans parler des appels au vote par sympathie).
De plus, le vote tend a donné a chaque avis la même importance, sans distingué les avis pertinents ou non, sans remettre en question les potentiels quiproquos qui peuvent exister. Les discussions évitent tous ces questions, en redonnant de l'importance à la compréhension mutuelle et à l'importance de l'argumentation.

N'oublions pas que le but de voter devrait toujours être d'obtenir le consensus le plus large possible et une majorité simple ne suffit pas à prendre une décision. Ainsi, au lieu d'établir un rapport de force numérique, il est important de convaincre les autres contributeurs en commentant son avis, de rechercher d'autres solutions qui viennent des échanges fraternelles et pacifiques entre tous.ABSTENTIONISME n'est pas ABSENTEISMELe fait de ne pas voter est une façon de s'exprimer, certains pays ont pensé changer leur Constitution en cas d'abstention très élevée

DEVOIR CIVIQUE comprend aussi et surtout le droit à la dissidences sans pénalité et le droit à l'abstention comme autre mode d'expression et de droits sociaux. Il est de notre DEVOIR CIVIQUE de dénoncer ce qui va à l'encontre des principes de fraternités entre les gens et les peuples, et cela, que ce ne soit à travers sa dissidence ou sa non-participation: surtout lorsque des modes et des systèmes veulent vous contraindre à aller voter et ainsi à entrer dans leurs jeux de dominations et de contrôles des masses à des fins partisanes.

 
retour à l'accueil
 
Ajouter un commentaire